Le réseau national immobilier 100% Expert
29 sept

Faut-il acheter ou louer un bien immobilier en Isère ?

93©-Fox-copy

Alors que les prix de l’immobilier remontent un peu partout et que les taux d’intérêt des crédits immobiliers progressent également, faut-il acheter ou rester locataire en Isère ? Pour vous aider à faire le bon choix entre la location et l’achat de votre résidence principale, appuyons-nous sur une étude baptisée « acheter ou louer ? », réalisée pour la quatrième année consécutive par Meilleurtaux.com, courtier en produits financiers.

3 années en moyenne
Cette étude démontre qu’à travers toute la France, l’acquisition est rentabilisée en moyenne au bout de 3 ans pour un 70 m² (soit 6 mois de plus qu’en 2016 en moyenne, mais 2,5 années de moins qu’en 2014 et 1,5 année de moins qu’en 2015). Autrement dit, si une personne reste locataire plus de 3 années de ce type de bien, la location devient une source de perte par rapport à l’achat.

Les grandes gagnantes en 2017
Montreuil, Reims et Toulon gagnent respectivement 1 an de détention nécessaire par rapport à 2016. Suivent Orléans, Lille, Perpignan et Nice qui gagnent 6 mois de détention nécessaire pour que l’acquisition soit plus intéressante que la location. La ville où l’achat devient le plus rapidement rentable est Perpignan (au bout d’1 année seulement). À Montpellier, il faut compter 2 années. En comparaison, il faut 2,5 à Nîmes, Marseille, 3 à Toulon et Nice, 4,5 à Nantes, 7,5 à Lyon et enfin 9,5 années à Paris et Bordeaux.

La situation dans certaines villes est moins favorable qu’en 2016
La première explication est liée aux taux d’intérêt qui ont légèrement augmenté (0,25% en moyenne) par rapport à 2016. Par ailleurs, dans de nombreuses villes, les prix sont en hausse et cette hausse impacte directement l’intérêt d’une acquisition, d’autant que les loyers restent, eux, globalement stables. Troisième élément de réponse : l’impact de la fiscalité locale qui pénalise nettement certaines villes.
« L’année 2017 restera après 2016 une année historique pour l’acquisition d’un bien immobilier, conclut Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. En effet, l’arbitrage entre location et achat d’une résidence principale reste clairement favorable à l’acquisition. Un bémol cependant, si les prix continuaient à augmenter et que les taux remontaient encore légèrement, certaines villes pourraient devenir moins attractives qu’elles ne le sont aujourd’hui.»

C.V. / Bazikpress © Fox

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée