Le réseau national immobilier 100% Expert
30 juil

Le point sur l’immobilier à Bourgoin-Jallieu en 2018 par rapport à 1998 !

AdobeStock_106517578

Les Bleus nous ont régalés durant cette Coupe du Monde. Deux étoiles sur le maillot ! Vingt ans séparent les victoires de 1998 et de 2018. Alors, que s’est-il passé entre temps ? Plein de choses évidemment, mais vous serez surpris de savoir à quel point l’immobilier a évolué. Inflation, taux de crédit, pouvoir d’achat immobilier à Paris… Au lendemain de cette victoire, le courtier Vousfinancer.com a passé au crible les chiffres clés de 1998 et ceux de 2018. Son idée ? Comparer ces deux périodes que deux décennies séparent, mais qui resteront marquées par la joie immense d’être champions du monde !

Du point de vue de l’immobilier, comme du football, 1998 a été une année exceptionnelle ! Si 2018 l’est désormais aussi grâce à la victoire de l’équipe de France et à des niveaux de taux de crédit proches des records historiques – et même des taux d’intérêt réels négatifs – l’envolée des prix à Paris est telle que les futurs acheteurs et notamment les primo-accédants ont plus de mal à acheter, ce qui n’était pas le cas  il y a 20 ans…», explique Sandrine Allonier, de Vousfinancer.com.

En 1998, on consommait en francs… Voilà pour l’anecdote. En revanche, l’inflation était quasi-nulle (0,6%). Les taux de crédit immobilier, quant à eux, atteignaient des niveaux qui nous paraissent très élevés aujourd’hui, bien qu’en baisse cette année-là : 6,40 % en moyenne pour les crédits immobiliers à taux fixes sur 16 à 20 ans (contre 1,40 % actuellement) et 5,47 % pour ceux à taux révisables qui représentaient alors près de 40 % de la production totale selon la Banque de France.

Les prix de l’immobilier, non plus, n’avaient rien à voir avec ceux d’aujourd’hui. Depuis 2 ans, tout le monde se réjouit de la baisse des taux qui a fortement augmenté le pouvoir d’achat immobilier des Français. Mais à l’époque, même avec 6,40 % en moyenne pour les crédits immobiliers à taux fixes sur 16 à 20 ans, on achetait plus grand qu’aujourd’hui.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée