Le réseau national immobilier 100% Expert
2 Juil

Vous sentiez-vous à votre aise pendant le confinement dans votre bien immobilier en Isère ?

Vous avez acheté récemment un bien immobilier en Isère ? L’avez-vous bien apprécié durant le confinement ? Oui ? Tant mieux pour vous, car 20 % des Français, soit près de 8 millions de foyers, ont « mal supporté » leur logement pendant le confinement. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par l’Association QUALITEL avec l’Institut Ipsos sur le logement et le confinement. Un échantillon représentatif de 2 600 Français a répondu à 63 questions et noté leur logement sur la base de 17 critères (confort thermique, isolation acoustique, qualité des matériaux, ventilation, luminosité, etc.) qui composent le Qualiscore, indice de la qualité perçue du logement.

Cette période de confinement a été révélatrice de l’importance de la qualité du logement pour les Français, pour le meilleur et parfois pour le pire. Un grand nombre de Français ont plutôt, voire beaucoup, apprécié leur logement pendant ces deux mois. Une part non négligeable (34%) affirmait même, au bout de 6 semaines, « qu’ils pourraient vivre en confinement très longtemps sans problème ». Mais alors, qui sont-ils ?

Profil des gens heureux chez eux
• Des personnes plutôt âgées de 60 ans et plus, vivant en couple et propriétaires d’une maison en commune rurale. Ce sont ceux qui donnent la meilleure note à la qualité de leur logement, 7,2/10 contre 6,7/10 pour ceux qui avouaient « commencer à en avoir marre ».
• Un des éléments particulièrement discriminant pour avoir bien vécu le confinement est le fait d’habiter en maison plutôt qu’en appartement.
• Sans surprise, la France des campagnes qui juge en temps normal plus favorablement la qualité de son logement a globalement mieux vécu le confinement. Certains ressortent même de cette période avec un attachement renforcé à leur domicile : 37% affirment avoir « adoré » leur logement pendant le confinement.
• A contrario, 20% de Français, soit près de 8 millions de foyers, ont déclaré avoir « mal supporté » leur logement pendant le confinement. Parmi eux, on trouve une sur-proportion de jeunes (28% des – 35 ans), de personnes seules (26%), en appartement (29%) avec des revenus modestes (32% des personnes gagnant moins de 1 250 €).

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée